Pays où le VPN est illégal

Quels sont les pays où le VPN est illégal ? Par sa capacité à cacher son activité en ligne, l’apport de l’anonymat, la possibilité de contourner la censure Internet et d’échapper à la cybersurveillance, le VPN est dans la ligne de mire des autorités, et ce, dans plus en plus de pays.

Pays où le VPN est illégal

Pourquoi interdire le VPN ?

Chaque pays possède sa propre législation, et Internet ne fait évidemment pas exception à la règle. Et parmi tous les aspects d’Internet, le VPN est un sujet sensible dans la mesure il permet de protéger l’identité en ligne, d’empêcher la cybersurveillance, de contourner les géo-blocages et la censure Internet dont cette dernière peut déjà être le fruit de législations.

Pourquoi les réseaux privés virtuels peuvent se retrouver interdits ? Les raisons pour lesquels les VPN sont interdits varient selon la situation du pays. Les raisons invoquées les plus répandus concernent le terrorisme, la diffusion de pornographie impliquant des enfants enfants, l’activité criminelle, la diffusion de logiciels malveillants, la fraude ou toute autre activité illégale. Une telle mesure peut économiser temps et efforts aux autorités lors de l’interception de certains criminels, mais elle peut paradoxalement exposer des innocents à divers types de cybercrimes.

Toutefois, cette interdiction VPN est prise très au sérieux dans les pays qui l’ont adopté. Des peines sévères peuvent être appliquées à ceux qui violent la loi, y compris les simples touristes.

Quelles formes de punitions sont appliqués ?

Punition pour utilisation de VPN aux Émirats arabes unisEn examinant l’extrait suivant de la loi fédérale les Émirats Arabes Unis, on peut remarquer que le VPN est en aucun cas considéré à la légère :

« Quiconque utilisera une adresse IP frauduleuse en utilisant une fausse adresse ou une adresse tiers par tout autre moyen dans le but de commettre un crime ou d’empêcher sa découverte, devrait être puni avec une peine d’emprisonnement temporaire et une amende d’au moins 500 000 dirham [environ 130 000€], pouvant monter jusqu’à 2 000 000 dirhams [environ 520 000€]. »

On pourrait probablement dire que la Loi parle seulement d’utilisation frauduleuse lors du changement d’adresse IP, mais comment une personne peut-elle prouver qu’elle ne fait pas quelque chose d’illégale, alors que le trafic est justement crypté avec un VPN ? Ces lois ne peuvent rien résoudre, elles ne font que déplacer le problème. Ce qui est certains, c’est qu’il ne vaut mieux pas se faire prendre.

Pays où le VPN est illégal

Et ailleurs, quels sont les pays où le VPN est illégal ? Pour le moment, mis à part les Émirats Arabes Unis, la Turquie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord, l’Arabie saoudite et la la Russie ont fait de l’utilisation de VPN des services illégaux d’une manière ou d’une autre. Certains pays comme la Chine permet l’utilisation des services VPN approuvés par les autorités. Certains, comme la Russie, obligent à conserver les données de connexion sur le territoire russe.

Loi réglementation VPNMais la plupart du temps, ces lois ont peu d’effets sur les utilisateurs de VPN. Le cas le plus flagrant est l’Iran. Fréquemment soumis à la censure Internet, les internautes iraniens sont parmi les plus grands utilisateurs de VPN. Malgré son usage est interdit par la loi, on peut pourtant trouver dans magasins parfaitement légaux des cartes d’abonnement à des services VPN. Les discours officiels ont la même tendance schizophrénique, parfois très durs avec ceux qui contournent la loi, parfois admettant qu’il est vain de chercher à bloquer.

>> Contourner la censure en Iran

Il faut aussi observer que les besoins d’avoir recours à un VPN se multiplient dans de nombreux pays. Le Maroc est un cas emblématique. Le pays a interdit le protocole VoIP, qui permet de passer des appels téléphones sur Internet à l’aide de logiciels VoIP comme Skype ou Viber. Les internautes marocains qui ont besoin d’utiliser Skype passent donc par des services VPN pour continuer à pouvoir faire de la VoIP. Il en va de même dans de nombreux autres pays comme la Russie, l’Inde ou le Pakistan qui mettent en place des systèmes de censure contre des sites pornographiques. Là encore, les internautes s’adaptent à la censure et font appel de plus en plus au VPN, tant pour contourner la censure que pour ne pas exposer leur activité à cybersurveillance.

>> Contourner la censure VoIP au Maroc

Que faire dans un pays où le VPN est illégal ?

VPN en ChinePour ceux qui se rendent dans un pays où le VPN est illégal, il faut avant être prudent. La justice est aveugle, mais ses petits bras sont arbitraires et corruptibles. Se faire attraper par un fonctionnaire zélé peut amener à de graves ennuis, tomber sur un fonctionnaire corrompu peut coûter cher pour qu’il ferme les yeux. Dans tous les cas, il convient d’être discret.

Prenons le cas de la Chine. Si vous allez en voyage ou pour le travail en Chine, tous les sites Internet que vous avez l’habitude de visiter, Facebook, Google, GMail, Twitter, YouTube seront inaccessible, à moins d’utiliser un VPN. Mais les autorités chinoises font tout ce qu’elles peuvent pour bloquer les services VPN avec des lois qui obligent à obtenir une autorisation pour les compagnies VPN mais aussi en bloquant tout trafic VPN à l’aide de son « Bouclier Doré », le gigantesque pare-feu chargé de censurer Internet. Dans ce cas, il faut choisir un service VPN qui est capable de masquer le tunnel VPN en le faisant passer pour du simple trafic web HTTPS. C’est possible avec certains protocoles et des adaptations des fournisseurs de VPN. La meilleure attitude quand on utilise un VPN, c’est bien évidemment de faire en sorte que cela ne se voit pas.

>> VPN pour la Chine

Enfin, il faut noter que si vous vous rendez dans un pays qui pratique la censure et que vous comptez utiliser un VPN, il vaut mieux s’abonner à un service avant de partir. Déjà, les sites web des services VPN risquent d’être inaccessibles, mais de plus, la cybersurveillance du pays peut trahir la tentative d’abonnement à un service VPN.