Prospectives sur la vie privée en ligne

La vie privée en ligne est un devenu un enjeu omniprésent. Plus vous utilisez l’Internet, et moins vous pouvez avoir de vie privée en ligne. C’est même ce qui fait le pouvoir de grandes entreprises. Le plus inquiétant, c’est que les gens donnent souvent ces renseignements volontairement.

Prospectives sur la vie privée en ligne

Vie Privé en ligne

Face à la menace terroriste, à la cyberguerre, nombreux sont ceux qui estiment que la privation de vie privée est le prix à payer pour garantir la sécurité. Ainsi nous n’en aurions pas besoin si nous n’avions rien à cacher. C’est la logique des maisons au murs transparents, sans rideau et sans volet. C’est la logique orwellienne du Big Brother, seul apte à juger chacun à chaque instant.

Quel avenir pour la vie privée en ligne ?

Collecte de données : l’ère du Big Data

Le « Big Data » est le mantra du moment et devrait à l’avenir prendre encore plus d’importance.
Ce n’est un secret pour personne que les grandes compagnies comme Facebook, Apple ou Google collectent de vastes quantités de renseignements personnels sur leurs utilisateurs. C’est leur mine d’or, permettant à la fois de proposer du contenu, publicitaire ou non, aux utilisateurs, mais surtout de monnayer lucrativement ces données. D’ailleurs beaucoup d’autres entreprises utilisent et vont utiliser les renseignements personnels, avec des moyens certes moins conséquents. Les moyens de collectes et de stockages se multipliant et leurs coûts baissant, la tendance ne peut qu’être lourde. On pense évidemment à l’Internet des objets où chaque objet de notre quotidien, fourchette, brosse à dent, crayon, ampoule, vêtement, est voué à devenir un mouchard. Puisque la collecte de données est lucrative, cela ne peut que s’accentuer.

Cela veut dire qu’à l’avenir, il y aura peu de place pour l’intimité de la vie privée en ligne.

Réseaux sociaux : le profilage

Bien que très récent, l’utilisation des réseaux sociaux est un facteur majeur d’utilisation de l’Internet. Les internautes passent de quelques minutes à près d’une heure chaque jour sur les réseaux sociaux comme Facebook. Le phénomène va aller en s’accentuant, puisque les jeunes générations utilisent davantage ces services, certes en variant les réseaux sociaux. Alors qu’il rend le monde plus connecté, les informations personnelles sont assez facilement disponibles. Pire, les algorithmes sont capables de dresser des profils des utilisateurs avec toujours plus de précisions.

Cela veut dire qu’à l’avenir, les réseaux sociaux permettront d’analyser méthodiquement les comportements des personnes et d’observer les évolutions.

Surveillance gouvernementale : la volonté orwellienne

Les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden ont secoué le monde. Il a révélé l’ampleur des moyens de la NSA pour étendre la cybersurveillance. Tout cela se fait au nom de la sécurité, mais il est difficile de faire une distinction entre ce qui peut et ce qui doit être surveillé pour atteindre cet objectif. Les garde-fous sont absents ou bien court-circuités. Les autorités avancent l’argument de la sécurité nationale comme impératif majeure. Le paradoxe machiavélique c’est que cela rend suspect quiconque évoque le droit à la vie privée des utilisateurs. « Les innocents n’ont rien à cacher » est tout simplement la devise d’une autorité totalitaire, orwellienne. Toute personne hors norme définie par le pouvoir, est facile à repérer et devient rapidement suspecte.

Pour l’avenir, c’est une problématique très inquiétante qui touche non seulement à la vie privée en ligne, mais peut-être même à la liberté même.

Plus de vie privée en ligne ?

Préserver la vie privée sur InternetL’Internet tel qu’on le connait jusqu’à maintenant en est à sa préhistoire. C’est un brouillon sur lequel les gouvernements et les entreprises commerciales veulent réécrire les usages, rééduquer les populations qui ont eu trop de libertés. On peut imaginer qu’il devienne interdit de se connecter sans être auparavant immatriculé et identifié, au nom de la sécurité, au nom d’une meilleure expérience utilisateur. Dans nos démocraties de façade, qui n’assument pas leur volonté totalitariste et uniformisante, le Bien est le seul justificateur des pires desseins.

L’hypothèse de la fin de la vie privée est souvent présentée comme une évolution spontanée et inéluctable des attitudes à l’égard de la sphère privée. D’un côté on entrevoit que la liberté sur Internet respire son dernier souffle, de l’autre qu’elle va trouver son second souffle.

Lutter pour sa vie privée ?

Dans ces conditions, peut-on imaginer une résistance citoyenne à défendre la vie privée en ligne ? Difficile de le deviner, d’autant que se dessine une résistance individuelle plutôt que collective. Cela passe par exemple par l’utilisation d’un VPN. En chiffrant les données de la connexion Internet, il rend aveugle les intermédiaires pouvant collecter des données, y compris le Fournisseur d’Accès Internet. En masquant l’adresse IP, il évite l’association d’un internaute identifié à une requête sur Internet. Il permet même de se géolocaliser virtuellement dans un autre pays.

En fait, c’est l’architecture même de l’Internet, en réseau décentralisé qui permet de dessiner un contrepoids possible pour la préservation de la vie privée. Tant que les protocoles Internet qui font aujourd’hui fonctionner Internet restent la règle, il existe des échappatoire. Si un jour, des gouvernements ou des multinationales s’allient pour écrire un nouvel Internet, avec de nouveaux protocoles techniques, ce sera définitivement plié.

Voici quelques services VPN recommandés pour protéger la vie privée :
PrivateVPN service

  • PrivateVPN pour sécuriser la vie privée en ligne
  • HideMyAss le plus célèbre des services VPN
  • IPVanish excellent service VPN de qualité sans log
  • CyberGhost VPN bon pour surfer anonyme et sécurisé
  • VyprVPN très bon fournisseur VPN à tester gratuitement
  • TorGuard très bien pour la protection de la vie privée

Bien sûr, Internet se redessine sans cesse, et il est probable qu’à l’avenir, les outils de protection de la vie privée doivent s’adapter. Il en va de même des comportements de tous ceux qui sont sensibilisés à cette problématique.