Sévère punition pour utilisation de VPN aux Émirats arabes unis

Sévère punition pour utilisation de VPN aux Émirats arabes unis. Une loi rend illégale l’utilisation d’un VPN ou d’un service proxy sécurisé dans certains contextes. Les fraudeurs risquent des peines d’emprisonnement ainsi qu’une amende comprise entre 136 000 et 545 000 dollars.

Punition pour utilisation de VPN aux Émirats arabes unis

Censure Émirats arabes unis

Le réseau Internet auquel on a accès aux Émirats arabes unis est une version largement censurée et épurée de l’Internet mondial. Cette censure est effective partout aux Émirats, tant dans les villes de Abu Dhabi que de Dubaï. Même les « free zones » de Dubaï, qui avait pendant un moment bénéficié d’un accès non censuré à Internet, sont désormais soumis aux même règles qu’ailleurs.

Le pouvoir des Émirats exerce une censure Internet sur les contenus pornographiques, sur les réseaux sociaux, sur les sites qui offrent une vision non orthodoxe de l’islam, sur les sites qui critiquent la famille royale, la société, la politique du pays, la religion ou la place des droits de l’Homme dans le pays. Les réseaux sociaux et les grands sites comme Twitter, YouTube, Instagram ou Facebook sont en partie censurés, parfois pour de courte durée.

Censure Émirats arabes unisC’est une des raisons qui explique le succès des services VPN Émirats arabes unis. Le service VPN permet de naviguer librement et en toute sécurité sur internet. Comme il chiffre votre connexion internet, il protège également votre vie privée puisqu’il n’est plus possible de surveiller ou de filtrer les accès Internet. C’est un excellent moyen de contourner la censure aux Émirats Arabes Unis en plus d’apporter un relatif anonymat puisqu’il modifie en plus l’adresse IP de l’internaute.

Punition pour utilisation de VPN aux Émirats

Le gouvernement des Émirats Arabes Unis vient de durcir encore sa censure du web. Utiliser des accès par VPN pour accéder à un web plus neutre sera désormais passible d’une lourde amende et d’une peine d’emprisonnement. La semaine dernière, le président des Émirats Arabes Unis, Sheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, a fait voter une loi qui peut rendre illégale l’utilisation d’un VPN ou d’un service proxy sécurisé dans certains contextes.

« Quiconque utilisera une adresse IP frauduleuse en utilisant une fausse adresse ou une adresse tiers […] devrait être puni avec une peine d’emprisonnement temporaire et une amende d’au moins 500 000 dirham, pouvant monter jusqu’à 2 000 000 dirhams. »

Les Émirats Arabes Unis veulent donc bannir totalement l’utilisation des services VPN sur leur territoire. Et si les citoyens de ce pays sont surpris avec l’utilisation d’un VPN, alors ils risquent une amende pouvant aller jusqu’à 545 000 dollars. Cette nouvelle loi fédérale No. 12/2016 qui vient remplacer la précédente No. 5/2012, a été préparée par le ministère de l’Intérieur dirigé par Saif bin Zayed Al Nayan, et validée par le président du pays, qui est également son père Sheik Khalifa bin Zayed Al Nayan.

Raisons de punition pour utilisation de VPN aux Émirats

Derrière les apparences de censure qui sont néanmoins réelles, d’autres raison explique cette punition pour utilisation de VPN aux Émirats. Ainsi, de nombreux médias dénoncent un lobbying des opérateurs télécoms et fournisseurs nationaux qui proposent, pour un prix conséquent, des services payants de VoIP. Or, un service VPN permet l’utilisation de la VoIP de manière invisible puisqu’il n’est plus possible de contrôler les protocoles qui sont utilisé. Les opérateurs télécoms se sont donc plaints du manque à gagner provoqué par toutes les applications qui proposent gratuitement des services de téléphonie et de visiophonie. Une collusion entre censure politique et intérêt économique qui est courante dans le régime. Les fonctionnalités de téléphonie par Internet avec des applications comme Snapchat, Whatsapp et Viber sont inaccessible en raison du blocage gouvernemental. Seuls les deux opérateurs téléphoniques « Etisalat » et « Du » sont autorisés à proposer un accès payant aux services VoIP.

Censure applications VoIPEn avril dernier, les opérateurs de télécoms des Émirats ont entrepris de bloquer les fonctionnalités d’appels vidéo et audio sur des applications de messageries populaires comme Snapchat 2.0 dont la mise à jour permettait aux utilisateurs d’activer des chats vidéo ou audio. Dans la ligne de mire se sont tous les logiciels VoIP comme le très populaire Skype qui sont visés. Mais ces fonctionnalités sont en violation avec la régulation des Émirats Arabes Unis sur les communications VoIP qui interdisent aux fournisseurs tiers de proposer des services de téléphonie basés sur internet, que ce soit pour des appels vidéo ou audio. Ainsi, comme au Maroc très récemment, les protocoles VoIP sont filtrés. Comme le VPN permet de masquer son activité en ligne, les autorités des Émirats Arabes Unis ne supportent pas que le contournement de leur censure puisse perdurer.

>> Comment contourner la censure VoIP

Reste à savoir quels sont les moyens que les Émirats Arabes Unis comptent mettre en place pour détecter ce type d’utilisation jugé frauduleuse. La question se pose également pour les pays voisins comme l’Arabie Saoudite qui pratique également une censure sévère et un blocage des technologies VoIP.