Suppression du VPN Corée du sud Private Internet Access

Suppression du VPN Corée du sud Private Internet Access depuis quelques jours. C’est un cas exemplaire du bras de fer qui semble s’engager dans de nombreux contre les fournisseurs de VPN. Cependant pas de crainte pour les utilisateurs ayant fait usage de ce serveur, c’est un VPN sans log.

Suppression du VPN Corée du sud Private Internet Access

États VS services VPN

Les fournisseurs de VPN sont mis à mal dans de nombreux pays. Le cas le plus emblématique est évidemment celui de la Chine qui est littéralement partie en guerre contre les utilisateurs de service VPN. Mais c’est loin d’être un cas isolé et de plus en plus de pays lancent des opérations visant à réduire l’usage de services VPN sur leur sol. C’est le cas de la Corée du sud.

Suppression du VPN Corée du sud Private Internet Access

Le 21 janvier 2018 à 18h15 heure du Pacifique, le fournisseur de VPN Private Internet Access a été alerté par des contacts étroits en Corée du Sud que l’application de la loi serait à la recherche de miroirs des serveurs pour le 24 janvier 2018 à 10:00 sans procédure régulière. Après avoir appris cette information, Private Internet Access a décidé de supprimer le serveur VPN et d’évincer le pays de Corée du sud de son réseau sur le champ. Cette suppression du VPN Corée du sud Private Internet Access est bien sûr inquiétante dans la mesure où elle met en évidence que l’utilisation des services VPN se trouve de plus en plus contrariée par les états.

Private Internet AccessQuid des données concernant les utilisateurs de Private Internet Access ? Pas de souci, puisque Private Internet Access est un service VPN sans log, il ne collecte aucun trafic ou données de session, de période. Ainsi aucune donnée n’a été compromise. Les utilisateurs de Private Internet Access sont, et seront toujours, privés et sécurisés. Cela montre l’importance d’utiliser un service VPN sans log.

>> Services VPN sans log

Certains fournisseurs conservent certaines informations sur l’utilisation qu’en font les clients. C’est particulièrement critique chez les services VPN gratuits, dont l’exploitation des données des utilisateurs sont justement le « business model ».